L’Homme ne peut se laisser supplanter par la machine

Lors de la précédente législature en Belgique, en tant que Président du Groupe PS du Sénat, j’avais été à l’initiative de la rédaction d’un rapport d’information relatif à la nécessaire collaboration entre l’État fédéral et les entités fédérées en ce qui concerne les retombées, les opportunités, les potentialités et les risques de la « société intelligente » numérique. Ce travail parlementaire (voir ici) a permis de tirer d’importants constats et de dégager plusieurs propositions de réponse concrètes et documentées.

 

L’Homme ne peut se laisser supplanter par la machine.

Or, l’irruption de la robotisation et de l’intelligence artificielle de nos sociétés est un défi souvent sous-estimé et dont les impacts potentiels – et ceux déjà bien réels – doivent absolument être pris en compte par les autorités politiques avant qu’il ne soit trop tard. Des algorithmes prétendent déjà pouvoir identifier les meilleurs candidats pour un emploi, assister les médecins pour établir des diagnostics médicaux ou aider les avocats devant les tribunaux avec tous les risques que cela comporte en terme de discriminations sociales, économiques, de genre, d’origine, etc…).

Dans cette continuité, cette semaine, j’ai eu l’honneur d’être désigné en qualité de rapporteur au sein de la Commission de l’égalité et de la non-discrimination de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur : « Prévenir les discriminations résultant de l’intelligence artificielle ». Il s’agira d’un travail important de fond et de longue haleine que j’aurai à mener dans les mois à venir faits d’auditions, de visites de terrains et de rencontres d’experts.

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, en tant qu’instance pan-européenne de protection de nos droits humains, doit en effet dès aujourd’hui se pencher sur les conséquences de ces évolutions technologiques sur nos démocraties, les droits humains et l’État de droit afin d’adopter les réponses adéquates. Telle sera ma tâche.

Il en va de notre responsabilité politique d’agir avant qu’il ne soit trop tard pour renforcer notre arsenal législatif pour que nos démocraties et même notre vie quotidienne ne soient à la merci de modèles mathématiques obscurs à l’acant et dont le contrôle échapperait totalement à nos Etats.

Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de l’évolution de ce rapport dont j’ai désormais la tâche.

 

Proposition de résolution ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 5 =