Supprimer les fonds structurels européens pour mieux aider la Flandre ? D’un cynisme et d’un égoïsme sans nom

 

Communiqué de presse du groupe PS du Sénat (04/10/2018)

Christophe Lacroix, Président du groupe PS du Sénat et co-président du Comité d’avis fédéral chargé des questions européennes, s’insurge contre la proposition du Ministre-Président flamand, le NVA Geert Bourgeois, de réduire de manière significative la politique européenne de cohésion !

« C’est d’un cynisme sans nom !, explique Christophe Lacroix. La NVA porte une nouvelle fois un discours d’égoïsme qui portera préjudice à l’ensemble de notre pays et, évidemment, avant tout aux Wallons et aux Bruxellois. D’un côté, le Ministre-Président flamand propose que les aides européennes, les fonds structurels, soient supprimés menaçant de facto des projets porteurs de développements au plus près des citoyens. De l’autre, il propose de créer un fonds sur mesure pour répondre aux besoins flamands suite au Brexit. A l’heure où la méfiance de nombreux citoyens vis-à-vis du projet européen est omniprésente, la NVA donne des gages à l’euroscepticisme. »

 

Pour rappel, la politique de cohésion européenne a pour objectif de concrétiser la solidarité de l’Union en réduisant l’écart entre les niveaux de développement des différentes régions européennes. Elle représente pour l’ensemble de la Belgique un financement majeurs de projets porteur d’avenir mais aussi d’emplois.

 

Nos trois Régions belges (Flandre, Wallonie et Bruxelles-Capitale) reçoivent dans ce cadre des financements du Fonds européens de développement régional (FEDER) et du Fonds social européen (FSE). Pour la période actuelle, le montant total alloué à la Belgique pour financer la politique de cohésion avoisine les 2,28 millards d’euros les 2,28 milliards d’euros  pour la période 2014-2020 !

 

En tant que co-président du Comité d’avis fédéral chargé des questions européennes, Christophe Lacroix demande donc au Premier Ministre de venir exposer au plus vite la position officielle qui sera défendue par la Belgique sur le futur budget européen et plus particulièrement sur l’avenir de la politique de cohésion dans le cadre des négociations en cours au niveau européen.

 

Christophe Lacroix est l’auteur d’une proposition dans laquelle il demande justement l’inverse de ce que demande Geert Bourgeois : la poursuite et le renforcement d’une politique de cohésion ambitieuse permettant d’atteindre les objectifs essentiels de développement socio-économique de nos Régions et qui a fait leur preuve par le passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − trois =